Le terme “eau-de-vie” fait partie des plus utilisés dans le monde des alcools. Les gens s’en servent généralement pour désigner certains types de boissons alcoolisées. Mais vu la large gamme d’alcool disponible sur le marché, les nouveaux consommateurs ont parfois du mal à s’y retrouver. C’est votre cas et vous souhaitez faire la lumière sur le véritable sens de ce mot ? Pour vous aider, nous avons choisi de vous parler de l’histoire et des caractéristiques de l’eau-de-vie.

L’histoire

Le mot “eau-de-vie” vient du latin “Aqua vitae”, qui signifie l’eau qui redonne la vie. C’est aussi un dérivé de l’élixir de longue vie”. Ce terme est entré pour la première fois dans l’usage au Moyen Âge, plus précisément au Xe siècle. L’eau-de-vie est le nom donné, par les alchimistes de l’époque, au produit obtenu par distillation de fruits ou de vins et qui contenait environ 45° d’alcool.

En raison de ses qualités antiseptiques, cette boisson alcoolisée, pendant très longtemps, a été destinée à un usage strictement médical. Jusqu’au début du XXe siècle, les médecins s’en servaient comme médicament pour d’une part nettoyer les plaies et d’autre part traiter certains maux internes comme l’hépatite, la goutte, les rages de dents, les calculs de la vessie, les fistules du chancre…

Mais parallèlement à cet usage, l’eau-de-vie était également consommée. D’après certaines sources écrites datant du XIVe siècle, la première boisson distillée en France et réservée à cette utilisation est l’Armagnac. D’autres types de boissons alcoolisées élaborées à partir du même procédé seront par la suite proposées.

L’eau-de-vie occupe aujourd’hui une place importante dans l’univers des vins et spiritueux. Par exemple, en 2015, les performances incroyables des eaux-de-vie comme le Cognac ont permis aux vignerons français d’enregistrer un solde commercial positif d’environ 10,4 milliards d’euros.

Les caractéristiques

Ce qui distingue principalement l’eau-de-vie des autres types de boissons alcoolisées, c’est son procédé de fabrication.

Car, même si la réglementation européenne sur les vins et spiritueux stipule que les boissons alcoolisées ayant un degré d’alcool supérieur ou égal à 15 peuvent être considérées comme des spiritueux, c’est-à-dire des eaux-de-vie, tous les alcools ayant ce trait n’en sont pas.

Contrairement au vin, à la bière et au cidre, qui sont produits par fermentation, l’eau-de-vie est le résultat de la distillation d’un corps.

Le procédé de distillation, qui est ainsi utilisé, sert en réalité à extraire l’éthanol – à hauteur de 60 à 96 % – d’un mélange alcoolisé qui a été au préalable fermenté dans le but d’en faire un usage ultérieur. C’est ce qui justifie d’ailleurs la quantité importante d’alcool que contient généralement l’eau-de-vie.

Les meilleurs exemples

En dehors des eaux-de-vie préparées en France, on retrouve de nos jours dans le commerce une quantité impressionnante de boissons distillées aux origines diverses. Au nombre de ces dernières, nous pouvons évoquer :

·         le Cognac : cette eau-de-vie de vin est fabriquée dans la région éponyme en France ;

·         le Brandy : c’est la version américaine du Cognac. Cette eau-de-vie est également produite à partir du vin ;

·         le Marc : il est produit dans plusieurs régions viticoles françaises et suisses par distillation du marc de raisin ;

·         le Rhum : cette eau-de-vie élaborée aux Amériques existe en deux versions : industrielle et agricole ;

·         la Vodka : cette boisson alcoolisée incolore titrant environ 40° est produite dans plusieurs pays issus de l’Empire Russe dont la Russie, la Finlande, la Pologne et l’Ukraine ;

·         le Whisky : c’est le nom générique attribué aux eaux-de-vie fabriquées par distillation des céréales éventuellement maltées. Ses origines sont controversées entre Écossais et Irlandais.

Vous souhaitez découvrir tous nos objets et goodies autour des vins et spiritueux ? Rendez-vous dans notre boutique !

Pour aller plus loin…

 
Votre panier0
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0