Cet article se propose d’analyser les climats et comme les conditions atmosphériques influencent le vin, en citant le cas français mais aussi du reste du monde. L’unicité et la typologie spécifique d’un particulier calice de vin sont le fruit d’une série de facteurs qui sont résumés dans le terme de terroir.

On considère une partie du terroir, le rapport du milieu avec l’homme, la position géographique, les caractéristiques du terrain mais aussi les conditions atmosphériques : dans un vin on se retrouve son histoire qui se développe à partir de son origine, de son lieu.

Dans un cadre général, on peut affirmer que la vigne se cultive sous différents climats, même si le climat méditerranéen se présente comme particulièrement favorable.

Pour définir le climat, il est nécessaire de prendre en considération des facteurs différents : les moyennes de température, les moyennes des précipitations (mensuelles), les vents (force et orientation) et la moyenne des jours de gelées ou brouillard.

En outre, on peut diviser et cataloguer les climats dans des typologies sur la base des leur caractéristiques :

– Continental (caractérisé par des amplitudes thermiques entre hiver et été) ;

– Atlantique (typique des côtes à ouest, les hivers sont froids et les étés fraîches) ;

– Méditerranéen (caractérisée par une période de précipitations et sécheresse d’été) ;

– Montagnard (froid et sèche).

Les climats français

En analysant dans le détail les climats en France on peut affirmer, même si presque anecdotique, une division du territoire entre deux grandes zones, la partie la plus « fraîche » au Nord et celle « clémente » au Sud. Cette partition peut être justifiée par une réflexion dans la production des vins : en effet on retrouve une prévalence des vins blancs dans le Nord (zone climatique qui influence avec acidité et alcool modéré) tandis qu’une richesse des vins rouges dans le Sud du Pays (avec un production des vins plus chargés d’alcool). En évaluant d’une manière plus précise on peut mentionner trois zones :

– Zone fraîche, dans le Nord : Alsace, Champagne, Bourgogne, dont on retrouve un climat continental ;

– Zone tempérée, dans le centre-sud-est : Bordeaux, sud-Ouest, Rhône Nord), dont on retrouve un climat continental mélangé à des partie de méditerranéen ;

– Zone chaude dans le Sud : Provence, Languedoc, dont on retrouve un climat méditerranéen.

A côté de cette division, la partie la plus Ouest du Pays est caractérisée par un climat atlantique.

Les climats dans le Monde

En considérant les pays les plus grands producteurs de vin (et viticulteurs) on peut affirmer comme en Europe se valide la condition favorable du climat méditerranéen : n’est pas un cas comme l’Italie, le Sud de la France, la Grèce et l’Espagne sont la plupart des producteurs oenologiques en Europe.

Autre cas on le retrouve en Portugal, connu par sa production et caractérisé par un climat atlantique.

Le climat continental des États Unis se met en opposition avec le climat tropical et équatorial d’un autre grand producteur de vin en dehors de l’Europe : le sud amérique.

A ne pas confondre avec les Climats de Bourgogne

On va conclure cet article en avisant les lecteurs du risque d’une erreur !

Quand on parle de climat, comme déjà dit, on considère l’ensemble des différents facteurs atmosphériques, mais s’il s’agit du Climats de Bourgogne, la situation est toute autre.

Le terme « Climat » dans ce cas, ne se réfère pas à la météorologie, au contraire s’agit d’un terme qui définit le territoire viticole, en détail une parcelle des vignes. L’exemple particulier de la Bourgogne, montre une histoire des siècles d’attention au terroir et aux conditions de chaque parcelle, traitée avec attention et d’une manière spécifique, symptôme d’unicité des vins originales.

Pour aller plus loin…

 
Votre panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0