Certains noms de vin français sont désignés Les vins français sont désignés, du point de vue juridique, sous le terme d’appellations viticoles, symptôme que la production et la commercialisation des produits sont contrôlées par des normes de la France ou de l’Union Européenne. Avec cet article, nous proposons une analyse d’aucunes typologies d’appellation, caractérisée par des normes (françaises ou européennes) spécifiques et particulières, en examinant la différence entre ces dénominations. On doit considérer que des appellations viticoles en France correspondent aux différents vignobles des régions viticoles français et que le choix de soumission à des normes pour des appellations « reconnues » est le fruit d’une décision du viticulteur et du contrôle de la qualité par les organismes.

Les Vins de France

Avec « Vin de France » on entend une dénomination qui définit le « vin de table » français, en substitution depuis 2010 de ce dernier terme. En effet, d’une décennie, le marché d’Europe a remplacé la mention de « vin de table » avec « vin de France », produit autrement désigné comme « vin sans indication géographique ».

C’est nécessaire à considérer, donc, comme tout le vin qui n’est pas contrôlé par des origines protégées (comme les cas que nous allons analyser entre quelques mots) c’est automatiquement un Vin de France.

La notion de vin de France, se prend en compte comme la plus générale parmi les dénominations, la moins assujettie à des contrôles dans la production et l’élevage des vignes.

Les IGP

Des contrôles plus stricts on le retrouve dans la dénomination IGP. Le terme constitue une signe d’identification de l’Union Européenne, qui assure un lien du produit avec son territoire d’origine : l’intérêt de l’Indication Géographique Protégée, fonde la qualité (en ce cas) du vin en se basant sur son lieu de production. La gestion de ces produits est assurée par l’INAO (institut national de l’origine et de la qualité) et en France il y a 75 viticoles IGP.

Les AOC ou AOP

Une importante distinction à faire c’est entre la dénomination AOC et celle AOP, deux définitions qui se développent d’une façon un peu différente, même s’ils nourrissent, à la base, la même intention de tutelle des produits. D’abord, avec le terme AOC on entend une Appellation d’Origine Controlée, tandis que AOP détermine une Appellation d’Origine Protégée : dont ce retrouve la différence ? Maintenant nous allons l’analyser en détail.

L’AOC se propose de garantir le produit sur la base de son lieu d’origine et d’aucunes techniques dans la production et pour cette raison s’intéresse aux produits « typiques » : le terme naît de la volonté de Pierre Le Roy de Boiseaumarié qui sentit la nécessité de protéger la production du vin pour éviter sa décadence.

Depuis sa naissance en 1932, en effet, cette dénomination se propose de sélectionner des vignobles « aptes » pour une haute qualité dans les vins (particulièrement pour les vins).

Au contraire, l’origine de la dénomination AOP est plus récente : depuis 1992 on se propose de préserver des produits dont l’origine, la production et la transformation s’agit dans une zone spécifique. À la différence de la dénomination IGP, en effet, avec l’AOP on se dédie à une garantie complète, pas seulement du rapport avec le lieu, mais aussi du milieu de production et des techniques.

Au-delà des différences entre les dénominations, il est fondamental de bien garder en tête que l’appellation ou l’encadrement d’une méthode de production permet ainsi de conserver les méthodes traditionnelles mais aussi de permettre à un ensemble de producteur de pouvoir communiquer sur ce savoir-faire et ainsi promouvoir plus efficacement la qualité des produits réalisés.

Envie de découvrir toutes les appellations viticoles de France et du monde ? Rendez-vous sur notre site pour découvrir tous nos posters viticoles !

Pour aller plus loin…

 
Votre panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0